Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

L'exemple de la Champagne BLOCAGE-FINANCEMENT

09 oct. 2013, 00:01
data_art_1868722.jpg

Un printemps maussade, une floraison tardive mais un soleil d'été qui a réparé fort heureusement l'outrage d'une météo capricieuse... Les températures de septembre ont retardé les vendanges mais n'auront sans doute pas d'impact sur la qualité.

Le millésime s'annonce rare - le rendement est un des plus faibles de ces dernières années - mais prometteur. "Les anciens disaient que les millésimes tardifs sont toujours les plus beaux" , confie en souriant Jean-Louis Mathieu, de la cave Saint-Mathieu à Chalais. "Les raisins qui mûrissent lentement atteignent plus facilement de bonnes maturités. Mais cette année, nous allons devoir jongler entre la qualité sanitaire, la maturité phénolique et le degré Oechslé" , explique Jean-Louis Mathieu tout en contrôlant son cornalin, sur une vigne sise à Regrouillon (Sierre). Les grappes sont très clairsemées. "Nous arriverons à peine à 300 g/m 2 . Pour certaines grandes exploitations, cette petite récolte va sans doute rééquilibrer les...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias