Ukraine: Burkhalter demande le dépôt des armes

Face à l'escalade de la violence, notamment dans l'est de l'Ukraine, le président de la Confédération et de l'OSCE, Didier Burkhalter demande à toutes les parties de respecter les accords de Genève, d'évacuer les bâtiments occupés et de déposer les armes.
22 avr. 2014, 09:59
Russes et Ukrainiens ont promis à Genève de déposer les armes et d'évacuer les bâtiments occupés. Mais sur le terrain, rien ne bouge.

Le président en exercice de l'OSCE, Didier Burkhalter, a appelé mardi les autorités ukrainiennes à "redoubler leurs efforts" pour mettre en oeuvre l'accord conclu jeudi à Genève. Préoccupé par l'aggravation de la situation dans certaines régions du pays, il a également exhorté les signataires de cet accord à l'action.

Dans un communiqué publié par l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), le président de la Confédération a exhorté la Russie, les Etats-Unis et l'Union européenne à "appeler publiquement toutes les parties concernées en Ukraine à éviter la violence, à évacuer rapidement les bâtiments, les rues et les places occupés illégalement et à déposer les armes".

La mise en oeuvre effective des mesures prévues à Genève nécessite "l'engagement de toutes les parties" à la coopération et au dialogue, a-t-il ajouté. Selon lui, "la volonté politique à tous les niveaux - national, régional et local -" constitue la clé pour sortir de l'impasse.

Samedi, l'ambassadeur de Suisse à Kiev Christian Schönenberger avait déploré l'absence de "volonté politique" des militants séparatistes pro-russes de se retirer des bâtiments publics occupés. "C'est la mission des observateurs (de l'OSCE) de créer cette volonté politique", avait-il ajouté.

Profiter d'une "dynamique positive"

Didier Burkhalter a par ailleurs exhorté les autorités ukrainiennes à "redoubler d'efforts pour planifier, préparer et mettre en oeuvre" les mesures prévues par l'accord de Genève. "Il est absolument crucial" d'essayer de profiter de "la dynamique positive" engendrée par cet accord.

Le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a salué les "premières mesures" prises par Kiev, notamment la trêve décrétée à l'occasion des fêtes de Pâques, la préparation d'une loi d'amnistie pour les séparatistes ou l'évocation d'une réforme de la Constitution en vue d'une décentralisation des pouvoirs.

L'accord conclu entre l'Ukraine, la Russie, les Etats-Unis et l'UE prévoit notamment l'arrêt des violences, le désarmement des groupes armés illégaux, l'évacuation des bâtiments occupés ainsi qu'une amnistie pour ceux qui respecteront les dispositions de ce texte. Selon la cheffe de la diplomatie européenne Catherine Ashton, l'OSCE "doit jouer un rôle dirigeant" dans son application.