Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Shakira, étude de texte

A chaque Coupe du monde, son hymne officiel. Celui de 2010, «Waka Waka», est un modèle du genre, une soupe ethno à mission universelle, relevée par les courbes colombiennes d'une étoile engagée, la sémillante Shakira.

09 juil. 2010, 05:03

Voilà les trois bonnes raisons de claquer votre billet de cent dans l'achat de cette galette. La première: la musique. Pour flatter les oreilles des mélomanes de Phnom Penh à Caracas, les producteurs connaissent la recette. On prend une base pop consensuelle, on y ajoute une solide ligne de tam-tam - on est en Afrique, merde - et quelques paillettes façon Bollywood pour faire danser dans les soirées. La Compagnie Créole, en plus clinquant.

Deuxième raison d'investir sur ce futur «collector»: le clip. C'est généralement le plus intéressant de l'oe uvre de Shakira. La curiosité de «Waka Waka», c'est que la chanteuse danse habillée, sans pour autant perdre toute sa pertinence. Sa jupe de paille - on est en Afrique, merde - lui tombe sur les genoux et son décolleté est inspiré par les traits virils d'un maillot de football. Des images rares, à archiver.

La troisième: les paroles. Brute...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias