Réservé aux abonnés

Quand les passeurs profitent de la marine

07 juin 2016, 23:12
/ Màj. le 08 juin 2016 à 00:01
In this photo taken on Thursday, Dec. 4, 2014 provided by the Italian Navy, a rescue crew on a dinghy, right, approaches migrants on a boat some 40 miles (65 kilometers) from the Libyan capital, Tripoli. Rescue crews discovered 16 bodies in a migrant boat off Libya, the first reported deaths since the European Union took over Mediterranean rescue operations, the Italian navy said Friday. The EU operation, launched last month after Italy phased out its more robust rescue program, foresees patrols 30 miles (50 kilometers) from the Italian coast. (AP Photo/Italian Navy) Italy Migrants Deaths

Maryline Dumas

L’odeur âcre prend à la gorge. En cette après-midi, une centaine de migrants ont été rassemblés dans la cour du centre de détention provisoire de Tariq Sika, en plein centre-ville de Tripoli. Pieds nus, vêtements troués ou raccommodés, ces hommes sont exhibés pour prouver que tant bien que mal, et sans l’Europe, les autorités libyennes luttent contre l’immigration clandestine.

«En un an, nous avons arrêté plus de 7500 migrants dans notre zone qui va de Garabouli (à 65 kilomètres à l’est de Tripoli) jusqu’à Janzour (banlieue ouest de la capitale)», estime Nasser, un enquêteur trava...