Réservé aux abonnés

«Possible crime de guerre» à Tripoli

Au moins 44 migrants ont été tués et une centaine blessés dans une frappe contre un centre de détention.
04 juil. 2019, 00:01
Debris covers the ground after an airstrike at a detention center in Tajoura, east of Tripoli in Libya, Wednesday, July 3, 2019. An airstrike hit the detention center for migrants early Wednesday, killing several.   (AP Photo/Hazem Ahmed) Libya

C’est un «possible crime de guerre», a dénoncé l’ONU. Hier, au moins 44 migrants ont été tués et une centaine blessés dans une frappe contre un centre de détention près de la capitale libyenne, Tripoli. La frappe aérienne menée, mardi tard le soir, à Tajoura, a été attribuée, par le gouvernement d’union nationale (GNA), basé à Tripoli, aux forces rivales de Khalifa Haftar, engagées dans une offensive pour s’emparer de la capitale d’un pays plongé dans le chaos depuis 2011. Le centre de détention abritait environ 600 migrants, en majorité érythréens et soudanais, et deux de ses cinq hangars ont...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois