Réservé aux abonnés

Les médicaments étaient surfacturés

Un médicament habituellement facturé 36 francs pouvait être facturé jusqu'à 1000 francs à un détenu, en raison d'un "traitement psychiatrique" qui entourait la prise d'un comprimé pour soulager des douleurs articulaires. La pratique vient de changer, mais le dossier judiciaire est en cours et s'enlise.
03 avr. 2014, 00:01
data_art_2240388.jpg

JUSTICE  C'est l'histoire d'un prisonnier qui demande un médicament durant son incarcération. Au moment de recevoir la facture, les comprimés, vendus habituellement 36 francs, sont facturés 1000 francs. La raison? Un "traitement ambulatoire non médical en psychiatrie" , selon la terminologie officielle. En clair, le prix comprend un traitement psychiatrique, alors que la prise du médicament en question n'a pas fait l'objet d'un suivi psychiatrique, puisque le patient souffre juste d'une maladie articulaire... ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois