Réservé aux abonnés

Les cent premiers jours du chef Rebord sans rebondissements

Pas d’annonce tonitruante, mais la continuité dans la tranquillité.

10 avr. 2017, 23:37
/ Màj. le 11 avr. 2017 à 00:01
Korpskommandant Philippe Rebord, Chef der Schweizer Armee, spricht waehrend einer Medienkonferenz von die ersten 100 Tage als Chef der Schweizer Armee, am Montag, 10. April 2017 in Bern. (KEYSTONE/Anthony Anex) SCHWEIZ ARMEECHEF REBORD 100 TAGE

Philippe Rebord n’a pas lâché de petite bombe. Le nouveau chef de l’armée ne s’est pas fendu de déclarations fracassantes, hier devant la presse. Ce n’est tout simplement pas ainsi qu’il considère sa mission, à l’issue de ses 100 premiers jours.

«Je n’ai accepté cette fonction que pour mettre en œuvre la réforme de l’armée (Deva), dans la continuité de mon prédécesseur (réd: André Blattmann). S’il avait fallu élaborer de nouveaux concepts, j’aurais décliné», indique sans détours le Valaisan, qui ajoute exercer «avec un certain plaisir».

Souvent décrit comme posé, cet historien bientôt sexagéna...