Le Duc de Cambridge à l'UICN pour protéger les espèces menacées

Le prince William était l'invité à Gland de l'organisation UICN qui lutte pour la conservation de la nature, le Duc de Cambridge a découvert un peu de la région entre deux réunions.

18 mai 2015, 18:32
Prince William, right, of Duke of Cambridge, is received by IUCN Director General Inger Andersen, left, arrives for take part to Wildlife task force meetings at the headquarters of the International Union for Conservation of Nature (IUCN), in Gland, Switzerland, Monday, May 18, 2015. (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Le Duc de Cambridge avait décidé tout seul de programmer plusieurs séances de travail pour son organisation temporaire « United for Wildlife » ("unis pour la nature"). Sa présence à Gland est une aubaine pour l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), l’organisation non-gouvernementale impliquée comme d'autres acteurs majoritairement britanniques dans «United for Wildlife».

Ce n’est pas souvent que l’on voit un membre de la famille royale à Gland. Quand William laisse Kate s’occuper de George et de Charlotte pour une journée de travail, c’est que la cause doit en valoir la peine. C’est à 11 heures 20 ce lundi matin que le prince William arrive en provenance de l'aéroport de Genève. À sa descente de sa longue Mercedes noire, le Duc de Cambridge a été accueilli chaleureusement par la nouvelle directrice de l'UICN, la danoise Inger Andersen et la vice-syndique de Gland Isabelle Monney. Echanges amicaux de messages de bienvenue et poignées de main cordiales... mais cette rencontre n’avait rien d'officielle. Ce fut une journée studieuse de l’organisation temporaire (task-force) United to Wildlife sur la protection de la nature, une mission visant à combattre le braconnage et le massacre d’espèces menacées. Une cause qui tient à cœur à la fois au Duc et à la Duchesse de Cambridge William et Kate.

La venue du Duc de Cambridge est un honneur

Selon le responsable de la communication de l’UICN, Ricardo Tejada, «cette journée très intense n’était pas une visite officielle, donc le protocole et la présence de la presse mondiale ont été très allégés. Ce fut une journée de travail très satisfaisante organisée par le Duc lui-même. Il n’y avait d’objectif spécifique pour nous de mettre en avant nos activités en tant qu’UICN. Nous l’avons accueilli comme des partenaires de la Task-Force l’auraient fait. Les organisations WWF UK ou Fauna & Flora International prendront le relais à Londres.» Nul besoin d’expliquer pourtant que la venue d’un « Royal », dans cette organisation fondée en France en 1948 et aujourd’hui installée à Gland, est une chance et un honneur.

Il fallait voir le personnel de l’ONG s’agglutiner aux fenêtres pour voir le futur Roi d’Angleterre se rendre dans le hall d’entrée escorté par des membres des services de l’antenne de l’Ambassade du Royaume-Uni à Genève. Après s’être réjouit devant la caméra de lacote.ch, de voir le soleil inonder la région de la Côte pour sa courte pause déjeuner dans une résidence privée voisine du site, le prince William a passé l’après-midi, à nouveau, dans les locaux de l’organisation. Il a insisté sur son attachement au combat contre les trafiquants qui chassent l’ivoire d’éléphants, les rhinocéros ou le pangolin, une animal de petite taille appelé aussi « le fourmilier écailleux », présent en Afrique et en Asie. Il a aussi rappelé à ses partenaires que le combat de la Task-Force se situera aussi au niveau de la protection de plantes menacées de disparition comme les orchidées. On ne reverra pas le prince William de sitôt dans la région car il doit continuer ce travail de lutte de chez lui.

    

 

 

Le prince William ressort un peu plus d'une heure après être entré dans les locaux du siège de l'UICN à Gland.