Réservé aux abonnés

La capitale de Centrafrique en proie à la folie des milices

François Hollande s'est recueilli, hier, devant les cercueils des deux parachutistes français tués quelques heures auparavant.

11 déc. 2013, 00:01
data_art_2009143.jpg

Sur le retour d'Afrique du Sud, François Hollande a fait, hier soir, une escale à Bangui, en Centrafrique, au beau milieu d'une situation qui se détériore à grande vitesse. Le président français s'est recueilli dès son arrivée devant les cercueils des deux paras tués dans la nuit de lundi à hier. "L'émotion est très grande, mais la mission se poursuit", a-t-il dit. "Elle est dangereuse, on le sait, on le savait. Mais elle est nécessaire pour éviter ce qui pourrait être un massacre."

Pour des raisons de temps et de sécurité, il ne devait pas quitter l'aéroport de M'Poko, à la fois base milit...