Johann Schneider-Ammann en opération de charme en Asie

Le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann est en opération de charme en Asie. Après le Vietnam, il a mis le cap sur l'Indonésie afin de débloquer les négociations en vue d'un accord de libre-échange avec la Suisse.
27 oct. 2013, 11:51
Après avoir passé deux jours au Vietnam ici avec la vice présidente de l'Assemblée nationale Nguyen Thi Kim Ngan, le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann a mis le cap sur l'Indonésie durant le week-end.

Après avoir passé deux jours au Vietnam, le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann a mis le cap sur l'Indonésie durant le week-end. L'un des buts de la mission économique qu'il dirige est de débloquer les négociations en vue d'un accord de libre-échange.

Comme à Hanoï, la situation est délicate à Jakarta, a expliqué le chef du Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR). Ici aussi, M. Schneider-Ammann espère que son intervention auprès des ministres concernés permettra de faire avancer les négociations qui en sont à leur 8e round.

Le problème vient du Parlement indonésien qui est très réservé envers cet accord, a indiqué le conseiller fédéral. La Chambre craint les conséquences d'une ouverture du marché. En revenant à la charge en personne, le chef du DEFR compte débloquer le processus.

Importante délégation économique

La Suisse mène les négociations pour un accord de libre-échange avec ses partenaires de l'AELE (Norvège, Islande et Liechtenstein) depuis 2011. L'Indonésie est la plus grande économie de l'Asie du Sud-Est avec ses 251 millions d'habitants. L'an dernier, la croissance économique y était de 6%. Le FMI table sur 6,3% en 2013 et 6,5% en 2014.

Entouré d'une importante délégation économique, ainsi que les conseillers d'Etat valaisan Jean-Michel Cina et grison Hansjörg Trachsel, M. Schneider-Ammann veut par ses contacts faciliter l'accès à ce marché en pleine expansion aux grandes entreprises helvétiques.

Formation professionnelle

Dimanche, à l'heure du petit déjeuner, le groupe a rencontré le ministre des entreprises publiques accompagné par les responsables d'une quinzaine d'entre elles. En attendant de poursuivre ses discussions lundi avec plusieurs autres ministres, il s'est rendu sur un nouveau site du groupe genevois Firmenich, spécialisé dans la production d'arômes et parfums.

La délégation a également découvert un projet de coopération au Cikarang, à une quarantaine de kilomètres de Jakarta, destiné à promouvoir la formation professionnelle duale dans les pays émergents. Le projet, une école technique tenue par des Jésuites, est le fruit d'une initiative privée, venant d'un ancien dirigeant d'Holcim.

Samedi, le conseiller fédéral a visité le Ministère des travaux publics. Ce bâtiment construit selon des critères écologiques fixés par l'IFC - l'institution d'aide au développement au secteur privé de la Banque mondiale - est soutenu par le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO).

Le projet, présenté par l'IFC et le ministère, n'a cependant pas convaincu tous les entrepreneurs suisses présents, parfois dubitatifs sur l'efficacité des principes appliqués.