Football: le Haut-Valaisan Martin Schmidt rebondit à Wolfsbourg

Martin Schmidt, libéré par Mayence ce printemps, remplace Andries Jonker à la tête de Wolsbourg. Pour le Haut-Valaisan, qui a signé un contrat de deux saisons chez le champion d'Allemagne 2009, vice-champion 2015 et quart de finaliste de la Ligue des champions en 15/16, la montée en puissance continue.

18 sept. 2017, 12:29
/ Màj. le 18 sept. 2017 à 19:15
Le Valaisan a donné son premier entraînement lundi en fin d'après-midi.

Martin Schmidt retrouve du job. Trois mois après avoir été remercié par le FC Mayence qu’il avait pourtant maintenu en Bundesliga, le Haut-Valaisan de 50 ans a été appelé par le VFL Wolfsbourg pour remplacer le Néerlandais Andries Jonker. «J’ai beaucoup de respect pour le travail qu’il a accompli dans ce club. Mais nous savons tous comment fonctionne le football aujourd’hui», explique Martin Schmidt, lequel se dit surpris par la rapidité des démarches. «Quelques heures seulement ont passé entre les premiers contacts et la signature. Pour tout vous avouer, je suis très surpris par la vitesse à laquelle nous sommes tombés d’accord. C’est une histoire palpitante», avoue celui qui avait déjà été approché par sa désormais nouvelle équipe l’hiver dernier. «Par respect envers Mayence avec qui j’étais encore sous contrat, je n’y avait pas donné suite.»

«L’homme idéal»

A Wolfsburg, Martin Schmidt aura pour mission de redonner l’appétit à des «Loups» qui ne comptabilisent que quatre unités après quatre journées de championnat. «Nous sommes certains que grâce à son expérience et ses qualités, il s’intégrera parfaitement au club», explique le directeur sportif de Wolfsbourg Olaf Rebbe. «C’est l’homme idéal de la situation», ajoute même le directeur général Tim Schumacher avant que le nouvel arrivé ne rappelle sa philosophie. «Mon objectif, c’est d’amener le travail, le football et la passion sur le terrain.»

Brême mardi soir, le Bayern vendredi

Le Valaisan sera très vite remis dans le bain: après avoir dirigé son nouveau groupe lundi en fin d'après-midi,  l’entraîneur vivra mardi soir son premier match à sa tête lors de la réception du Werder de Brême à la Volkswagen-Arena. Vendredi, la formation de l’ancien mécanicien est attendue du côté de Münich pour y affronter le Bayern. «Je ne pourrai pas corriger tous les détails en si peu de jours. Mais ce qui compte, c’est que nous formions un bloc compact sur le terrain», déclare Martin Schmidt. 

La semaine anglaise qui attend Martin Schmidt ne devrait pas le perturber pour autant, lui qui connaît bien la Bundesliga et ses principes pour y avoir dirigé Mayence entre février 2015 et la fin de la saison passée. Sans compter que depuis son licenciement, il est resté très proche du milieu en effectuant divers stages au sein de formations professionnelles en Italie, en Angleterre ou encore aux Etats-Unis. «Mais le terrain manquait… Je me réjouis d’ailleurs de la tâche qui m’attend. Wolfsbourg, c’est une nouvelle étape dans laquelle j’entends faire mes preuves», confie encore l’entraîneur. 

Bastion suisse

Pour Martin Schmidt, cette nomination résonne comme une montée en puissance: après ses débuts à Rarogne en deuxième ligue, il avait rejoint les M21 de Thoune, puis les M23 de Mayence, avant de prendre en charge la première équipe. Avec cette nomination à la tête de Wolfsbourg, champion d’Allemagne en 2009, vice-champion en 2015 et quart de finaliste de la Ligue des champions lors de la saison 2015/16, c’est une nouvelle noble ligne qui s’inscrit sur son CV. Il aura l’occasion de prouver les qualités du monde du ballon rond suisse puisqu’il retrouve un club où ont évolué Diego Benaglio, Ricardo et Francisco Rodriguez, Timm Klose ou encore Nassim Ben Khalifa. 
 

L’involontaire coup de pouce de Chadrac Akolo

Martin Schmidt n’aurait peut-être jamais été appelé par Wolfsbourg sans l’aide de l’ancien Sédunois Chadrac Akolo… Le week-end dernier, Stuttgart a en effet battu Wolfsbourg (1-0) grâce à une réussite de l’ancien attaquant du FC Sion. Cette défaite aura très certainement pesé dans le choix des dirigeants au moment où ils ont décidé de se séparer d’Andries Jonker. 

 

 

>> A lire aussi: Football: remercié par Mayence, Martin Schmidt se perfectionne en attendant de trouver un nouveau club