Euro 2016: le Portugal se défait du Pays de Galles et disputera sa deuxième finale

Après une mi-temps soporifique, le Portugal est parvenu à trouver la clé pour battre les Gallois. La sélection de Fernando Santos s'offre ainsi une seconde chance de remporter l'Euro après la finale perdue en 2004 à domicile.

06 juil. 2016, 22:57
/ Màj. le 06 juil. 2016 à 23:05
L'attaquant Cristiano Ronaldo a été l'homme du match et disputera sa deuxième finale avec la Selecão.

Douze ans après la défaite contre la Grèce, Cristiano Ronaldo s'est offert une seconde chance de gagner un Euro avec le Portugal. Avec un incomparable brio.

Buteur sur l'ouverture du score de la 50e et à l'origine du 2-0 de Nani à la 53e, CR7 a terrassé pratiquement à lui tout seul le Pays de Galles dans cette demi-finale de Lyon. Le K.O. fut tout simplement parfait.

 

Le premier but, signée Ronaldo.

 

Il a renvoyé avec le froid réalisme qui le caractérise si souvent en Liga son camarade de club Gareth Bale et ses formidables supporters à la maison. Il a, surtout, éclairé de sa classe cette demi-finale qui était partie pour être l'une des plus tristes de l'histoire de l'Euro.

La mission de CR7 ne s'arrête pas à Lyon, dans ce nouveau stade qui est peut-être le plus beau de France. Dimanche, Cristiano Ronaldo tentera d'effacer la défaite mortifiante contre la Grèce qui hante ses nuits depuis 2004 et, pourquoi pas, de devenir le meilleur buteur de l'histoire de l'Euro.

Face au Pays de Galles, il a, en effet, égalé le record des neuf buts de Michel Platini. Le Français l'avait établi lors d'une seule phase finale, en 1984, alors que le Portugais a marqué lors de... quatre tournois.

Cette finale, les Portugais ne l'aborderont pas cette fois dans la peau du favori. Elle les opposera au vainqueur du choc de jeudi à Marseille entre la France et l'Allemagne. Mais avec un joueur hors du commun dans ses rangs et avec la maîtrise défensive témoignée depuis trois rencontres, les Portugais peuvent croire en leur étoile.

Surtout si Cristiano Ronaldo saute aussi haut que sur l'action du premier goal. Sur ce but de la 50e minute, le triple Ballon d'Or a démontré qu'il était bien le roi des airs. Sur le 2-0, il a armé une frappe qui trouvait Nani pour une déviation imparable.

 

Nani inscrit le deuxième but portugais.

 

Absent contre la Pologne, Raphael Guerreiro a été l'autre grand homme du match. Formé à Caen et transféré cet été de Lorient au Borussia Dortmund, le latéral gauche a armé les deux centres qui ont amené les deux buts. Avec le joyau Renato Sanches, le héros du huitième de finale contre la Pologne, Guerreiro symbolise cette nouvelle génération qui partage le même rêve que leur illustre capitaine: gagner enfin un grand titre.