Réservé aux abonnés

Des partenaires sociaux désarmés

Rappel des faits: les commissions paritaires romandes chargées de faire respecter les salaires manquent de moyens, et la marge de manœuvre pour les soutenir est grandement limitée.

11 juil. 2017, 00:19
DATA_ART_4758039

Joao Esteves a tout essayé. Soutenu par le syndicat du second œuvre Unia Genève, ce peintre portugais de 52 ans tente depuis 2016 de récupérer 35 000 francs de salaires impayés. Que ce soit l’employeur Batisa ou le maître d’ouvrage Compenswiss (le Fonds de compensation AVS), personne n’entre en matière.

Même la Commission paritaire des métiers du bâtiment, second-œuvre Genève (CPSO), pourtant chargée de faire respecter la Convention collective de travail (CCT) et le paiement des ch...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois