Ann Romney, mère au foyer et atout coeur du candidat républicain

Ann Romney a séduit les américains en tant que femme au foyer. Un contraste avec l'image plus dure de son mari.

02 nov. 2012, 16:39
Ann Romney a dit que son mari était l'homme providentiel pour les Etats-Unis.

Ann Romney, 63 ans, a su gagner les coeurs de l'Amérique en portant les couleurs de la mère au foyer. Au cours de la campagne, la tâche de la blonde épouse de Mitt Romney a été d'humaniser l'image froide de son mari, avec lequel elle vit depuis 43 ans.

Accusée en avril par une commentatrice démocrate de "n'avoir jamais travaillé un seul jour dans sa vie", Ann Romney a répliqué sur Twitter. "J'ai choisi de rester à la maison et d'élever mes cinq garçons. Croyez-moi, c'était du travail", s'est-elle défendue dans le premier tweet.
 
L'Amérique toute entière et Michelle Obama en tête se sont alors levées pour défendre le travail des mères au foyer. Ainsi, l'épouse du candidat républicain a acquis une visibilité sans insister sur le cadre privilégié dans lequel elle a toujours vécu.
 
Car la jeune Ann Davies, avant d'épouser l'ex-riche homme d'affaires avec qui elle forme un couple aimant, est également née dans une famille fortunée du Michigan (nord).
 
Elle n'a pas 20 ans quand elle se marie avec le jeune Mitt, 22 ans, après s'être convertie à la religion mormone de son fiancé. Le couple part étudier (Ann passe une licence de français) à la Brigham Young University dans l'Utah. Là, ils vivent "dans un sous-sol, à manger des pâtes et du thon en boîte", racontait-elle lors de la convention républicaine.
 
La presse américaine débusquera une interview plus ancienne. Dans celle-ci, Ann Romney évoquait, après sa lune de miel à Hawaï, la vente d'actions boursières qui permettait au couple d'étudier sans avoir à travailler.
 
Gagner les voix des femmes
 
Ann Romney, toujours souriante, a pris de plus en plus d'importance dans la campagne présidentielle. Elle avait déjà été "Première Dame" du Massachusetts, gouverné par son époux de 2003 à 2007.
 
Il lui a fallu adoucir l'image d'un homme jugé distant et peu au fait des réalités de la classe moyenne. Sa mission était également de chercher à gagner les voix des femmes, qui votent plutôt démocrates.
 
Mère de cinq garçons nés entre 1970 et 1981, cette grand-mère de 18 petits-enfants doit affronter la maladie. Une sclérose en plaques lui a été diagnostiquée en 1998, puis un cancer du sein en 2008, en rémission.
 
Cette cavalière émérite a remporté des prix de dressage et oeuvre pour les enfants défavorisés. Elle dit que les chevaux l'ont aidée à surmonter la maladie