Prix du meilleur jeune journaliste: désormais on est tous d’accord, Romain Carrupt, c’est le plus fort

Un jury d’experts a décidé de primer Romain Carrupt parce qu’il a fait son travail. Son enquête de fin de stage lui vaut le sacre de «meilleur jeune journaliste». Et disons-le franchement, c’est amplement mérité.

25 juin 2021, 19:30
Tout le monde mange dans la main de Roland.

Il est si fort, Romain Carrupt. Même si nous, à la rédaction, on l’appelle Roland. Parce que ça lui va mieux. Il est donc très fort, Roland. A peine stagiaire au «Nouvelliste», le petit prodige travaillait déjà sur les plus gros dossiers. La chasse, la politique, la pollution, autant de sujets brûlants qu’il attisait de son verbe tranchant.

Il a peur de rien, Roland. Jamais intimidé, toujours pertinent, le truculent journaliste ose confronter. S’affranchir des convenances institutionnelles. Plutôt que relayer, il interroge. Cherche à comprendre. Il se plante, aussi. Mais face à sa collection de correctifs, il parfait sa plume. Aiguise son talent.

Il est plus là, Roland. Après trois ans passés au «Nouvelliste», il est engagé à la RTS comme correspondant radio pour le Valais. Son rêve, c’est le micro. Et tant pis s’il ponctue chacune de ses phrases par un curieux bruit de bouche. Il veut débattre, le bonhomme. Taper des thèses, comme au bistrot. Et il le fait très bien. Sauf pendant l’Euro. «Ils sont pas mal ces Suisses.» Oui, mais c’est la Turquie.

Mais ça reste le meilleur, Roland. Et c’est désormais officiel. Pour son enquête sur les stations d’épuration, baptisée «Qu’est-ce qui cloche avec les STEP valaisannes», il est sacré meilleur jeune journaliste parmi 25 concurrents en lice qui ont achevé leur cursus au Centre de formation au journalisme et aux médias, à Lausanne.

Mais il y a qu’un seul Roland. Et il est désormais auréolé d’une magnifique couronne que personne ne connaît dans le grand public. Pour la forme, précisons que le deuxième prix est revenu à Mathias Tuosto, de RTS TV. Gabriela Cabré, de RTS tri-média, et Didier Morard, de Radio Chablais, se sont partagé le troisième rang. Bravo à eux.

Et merci, Roland. On va arrêter de palabrer. Les gens ont horreur des thèses.