Le glacier de Tsanfleuron n'est plus un Far West

Le glacier de Tsanfleuron est un territoire ne disposant d'aucun plan de zone. Un projet adopté par les citoyens prévoit la création d'un secteur de protection doublé d'un secteur d'activités sportives.
06 août 2015, 15:19
Le projet prévoit la création d'un secteur d'activités sportives pour préserver les remontées mécaniques de Glacier 3000.

Toute la commune de Savièse est régie par le plan de zone. Toute? Non. Une petite partie du territoire résiste encore et toujours à l’envahisseur. Un occupant en quelque sorte romain, comme dans la BD, puisque l’on parle ici de droit. Et le gaulois de service n’est autre que le glacier de Zanfleuron. Ce secteur n’est en effet pas couvert par les dispositions sur l’aménagement du territoire.

Mais le rebelle devra bientôt courber l’échine. L’assemblée primaire de Savièse a en effet entériné lundi soir la modification partielle du plan d’aménagement de zone et du règlement communal de construction sur le périmètre du glacier de sa marge pro-glaciaire. En gros, cette infime portion des Alpes disposera d’un cadre légal, une fois ces modifications approuvées par le Conseil d’Etat.

L’origine de cette particularité? Un recours du WWF lors de l’adoption du plan de zones en 1997. Le problème a resurgi lorsque la commune a autorisé le passage d’une conduite d’eau en faveur  de la société Glacier 3000 qui exploite les remontées mécaniques dans le périmètre. «La conduite est un enjeu stratégique et une affaire intéressante puisque de l’eau potable peut être pompée depuis la partie nord du col du Sanetsch», explique le municipal en charge du dossier Grégoire Luyet.

Dans les conditions d’octroi de cette infrastructure, l’étude d’un nouveau plan de zone à la charge de Glacier 3000 a été décidée. Après des discussions avec le WWF, la commune a prévu d’y créer un secteur de protection du paysage doublé d’un secteur d’activité sportive limitée sur le glacier. Aucune nouvelle construction n’y sera en principe possible. On pense notamment aux éoliennes. Quant aux concessions des remontées mécaniques, elles courent jusqu’en 2032. L’homologation du projet par le canton devrait intervenir durant le premier semestre 2013.