Implantation d’une Migros: Grimisuat fait recours au Tribunal cantonal

Le Conseil communal de Grimisuat recourt contre la décision du Conseil d’Etat, jugeant illégal le refus d’octroyer un permis de construire aux promoteurs d’un centre commercial Migros. Il y a dix jours, la municipalité refusait de communiquer cette décision, qui devait obligatoirement être rendue public cette semaine.

06 nov. 2018, 20:03
Au lieudit Sussempy, le centre commercial d’un étage s'étalerait sur une surface au sol de 700 m2.

A Grimisuat, l’implantation d’une Migros subit un nouveau coup dur. Le Conseil communal a fait recours contre la décision du Conseil d’Etat, jugeant illégal le refus d’octroyer une autorisation de construire aux promoteurs du projet. Dans son argumentaire, la commune n’invoque plus la clause du besoin, dont un article du «Nouvelliste» avait souligné le caractère insolite. La municipalité reproche, en revanche, au Conseil d’Etat d’avoir violé l’autonomie communale.

A lire aussi : Bras de fer autour de l’implantation d’un deuxième centre commercial à Grimisuat: l’Etat du Valais désavoue le Conseil communal

Des particuliers s’étaient aussi opposés au projet de centre commercial. Alors que le délai est échu depuis lundi, le secrétaire général du Tribunal cantonal, Christophe Bonvin, «ne sait pas si des particuliers ont également fait recours.»

Lorsque le Conseil communal avait pris la décision de recourir, la présidente de la commune, Géraldine Marchand-Balet, et le conseiller communal chargé des constructions, Frédéric Vuigner, avaient refusé de communiquer leur décision. Ce mardi, les deux politiciens n’ont pas donné suite à nos sollicitations.

A lire aussi : Implantation d’une Migros à Grimisuat: le Conseil communal refuse d’indiquer s’il fera recours auprès du Tribunal cantonal