Réservé aux abonnés

Il n’y a pas que les moutons qui souffrent du loup

Deux nouvelles attaques ont eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi sur l’alpage de la Lé, au-dessus de Zinal. Rencontre avec la bergère de l’alpage, qui décrit son ressenti après avoir déjà perdu cinq moutons la semaine passée.

23 juil. 2018, 18:35
Edith Wirz surveille des moutons chaque été depuis vingt-et-un ans.

«Le paradis se transforme en enfer.» C’est le message d’Edith Wirz ce lundi matin, à la suite de la découverte de deux nouveaux moutons morts sur l’alpage de la Lé, au-dessus de Zinal. Ces victimes viennent s’ajouter aux cinq carcasses découvertes la semaine passée. Depuis vingt-et-un ans, Edith passe trois mois par année sur le site à veiller sur les moutons jour et nuit. Mais depuis 2015, le loup fréquente la région. Elle décrit une ambiance pesante.

L'une ...