Réservé aux abonnés 8

Les Empaillés s'accrochent aux murs

Le photographe Michel Wernimont est entré dans le secret de la tradition et en a tiré des formats géants.

30 janv. 2014, 00:01
data_art_2098232.jpg

"Mon quotidien, c'est pourtant plutôt les Himbas de Namibie que les Empaillés d'Evolène" , sourit Michel Wernimont, photographe parisien d'origine et établi en Valais depuis plus de trente ans. Il est vrai qu'au fil de son riche parcours de voyageur, écrivain et preneur d'images, l'hom me a cherché à fixer sur pellicule la fibre et l'essence humaines sous des latitudes plus lointaines et des climats plus cléments. Mais, à l'invitation des jeunes du comité du carnaval d'Evolène, il a pu pénétrer le secret de la tradition et suivre il y a une année le quotidien d'un authentique Empail lé des Hau...