L'association théâtrale de Loèche dépasse les clichés avec une pièce multilingue

Pour contrer les clichés, un théâtre de Loèche mélange 5 langues représentant la population valaisanne.

16 juil. 2013, 11:13
La troupe de théâtre de Loèche joue un théâtre mélangeant 4 langues.

Dès le 19 juillet, l'association de Théâtre de Leuk-Susten joue une pièce en plein air mélangeant haut-valaisan, allemand, français, patois et bosniaque. Un moyen de dépasser les tensions et d'affronter les problématiques valaisannes. La pièce s'intitule "Ds Wassär, d’Wälschu et wiär"

Une écriture à 3 mains

Muriel Constantin, Salquenarde bilingue, est l'auteure des parties francophones. Elle a aussi rédigé les répliques en bosniaque et en patois d'Evolène. Lothard Berchtold s'est chargé du texte germanophone et Arnold Steiner a veillé au bon déroulement de l'écriture.

Afin de ne pas effrayer les francophones, la pièce a été traduite en français sur papier. Mais Brunhilde Matter, présidente du comité d'organisation, assure que le visuel suffit pour comprendre la trame théâtrale.

Affronter les tensions

La pièce alterne les passages en français et en allemand. Seuls 2 personnages parlent en bosniaque. "Ces Haut-Valaisans ont appris la phonétique de la langue", explique la présidente, "Nous n'avons pas trouvé de Bosniaques prêts à monter sur scène. Beaucoup sont à l'étranger durant l'été." Dans la pièce, le bosniaque représente, symboliquement, toutes les langues découlant de l'immigration.

Le patois est réservé à une vieille femme, folle ou visionnaire. Brunhilde Matter précise:"Le dialecte a été choisi pour son aspect mythologique. Ce personnage annonce le Valais futur. Il mélange toutes les langues afin de dépasser les tensions et les clichés valaisans."