Carnaval d'Evolène: même si les peluches sont parfois agitées, la population s'engage pour le maintenir

A Evolène, pas question de parler d'une éventuelle disparition du carnaval. Ici, jeunes et moins jeunes s'engagent pour qu'il perdure et ce, même si les grosses peluches prennent parfois beaucoup de place dans les bistrots.

03 févr. 2017, 16:24
/ Màj. le 03 févr. 2017 à 17:00
A Evolène les gardiens de la tradition veillent au grain.

Le carnaval a fait son apparition dès le 6 janvier dernier dans le Val d’Hérens. Il est réveillé toutes les années à l’occasion de l’épiphanie. Jusqu’au mercredi des Cendres, les peluches, empaillés et autres maries prennent possession des villages évolénards. La majorité des jeunes hommes participent. De quoi ne pas avoir de souci de relève ou de bénévolat. «La semaine de carnaval, la fête a lieu du mercredi au mardi. Comme les peluches sont de toutes les jeunes générations, nous trouvons des gens prêts à s’engager», note Florian Pannatier, membre du comité du carnaval d’Evolène.

Toutes les générations s'engagent

Si ce manque de bénévoles ne se retrouve pas ici, il existe une explication simple. «Les jeunes et même leurs parents veulent sauvegarder la tradition pour que ça continue.» Il n’empêche que des petits soucis existent tout de même dans le Val d’Hérens lors de quelques soirées. «C’est vraiment marginal, mais certains patrons de bistrots aimeraient que les peluches prennent un peu moins de place et soient un peu moins rustres. Mais cela n’occasionne rien de grave», conclut Florian Pannatier.