Avalanche de... confettis en Valais - Jura et Fribourg à la fête

Les festivités de carnaval en Valais ont battu leur plein ce week-end, à grand renfort de chars et "guggenmusik". Sion a accueilli 42'000 spectateurs à son cortège samedi, tandis que Monthey a été le théâtre d'une bataille de confettis. Le Jura et Fribourg n'ont pas été en reste.

15 févr. 2015, 20:10
Saint Maurice le, 15 fév. 2015 : Carnaval de Saint Maurice. ©Sacha Bittel/Le Nouvelliste

Le carnaval de Sion souffle cette année ses 40 bougies sur le mode "Si on fêtait le 40 t'y aimes ?". Clou des festivités, le grand cortège de samedi a attiré trente fanfares "guggenmusik". L'affluence a dépassé les 40'000 personnes attendues, s'est réjoui Yoann Schmidt, président du comité d'organisation.

En soirée, la capitale valaisanne a célébré son jubilé avec un feu d'artifice tiré sur la place de la Planta à 20h00. Dimanche, le traditionnel cortège des chevaux, plus modeste que celui de la veille, a réuni une septantaine de cavaliers et une vingtaine de formations musicales. Il a été suivi par 7'000 à 8'000 personnes.

La météo joue le jeu

"Nous sommes très satisfaits. La météo a aussi joué le jeu, avec un Soleil bien présent", a-t-il ajouté. Les organisateurs ont intentionnellement renoncé à donner un thème précis, pour permettre à ceux qui le souhaitaient de ressortir l'un ou l'autre déguisement de ces 40 dernières années.

Le carnaval sédunois a débuté jeudi après-midi. Il se clôturera mardi à minuit. Durant les six jours, la capitale valaisanne espère accueillir environ 60'000 personnes. Le budget 2015 de la manifestation s'élève à 520'000 francs environ, soit quelque 40'000 francs de plus que l'année précédente, 40e anniversaire oblige.

Monthey, le plus ancien

Le 143e carnaval de Monthey, le plus ancien du Valais, a vu son cortège de dimanche être gratifié "d'un monstre bol au niveau de la météo, ce qui nous a permis de dénombrer 51'322 spectateurs", a indiqué avec une pointe d'humour Bernard Paunet, membre du comité d'organisation, interrogé par l'ats.

Samedi, une douzaine de "guggenmusik" réunissant quelque 600 musiciens se sont succédées sur le podium de la place centrale de la ville, pour un grand concert nocturne. Elles sont revenues au nombre de seize le dimanche, "soit 900 musiciens, moins ceux qui n'ont pas réussi à se lever".

Bataille de confettis

La journée de dimanche a également proposé une gigantesque bataille de 600 kilos de confettis. "Une marée humaine" y a pris part, rapporte Bernard Paunet.

Dans le Haut-Valais, les drôles de monstres aux masques menaçants, les "Tschäggättä", ont parcouru la campagne dans le Lötschental. A Evolène, ce sont les empaillés et les peluches qui hantent la vallée.

L'hiver "mis à mort" à Fribourg

Le carnaval des Bolzes à Fribourg a lui aussi joui d'une météo clémente. Du coup, quelque 20'000 personnes, "dont beaucoup étaient déguisées", ont assisté au cortège de samedi, s'est réjouie Cindy Berger, vice-présidente du comité organisateur.

Dimanche, le "Bonhomme Hiver", ou Rababou, a été victime de la vindicte populaire. La poupée de douze mètres de haut le représentant est partie en fumée, comme le veut la coutume.

Cette tradition a toutefois failli être abandonnée, suite aux graves brûlures subies par un enfant l'année passée. Les organisateurs ont pris de nouvelles mesures pour renforcer la sécurité.

Jura pas en reste

Le canton du Jura a aussi vécu un week-end de folies carnavalesques. Les chars et les cliques ont défilé dimanche dans les rues du Noirmont, de Delémont et de Bassecourt devant plusieurs milliers de spectateurs. La fête va se prolonger jusqu'à mercredi à l'aube.

La 52e édition du Carimentran des Franches-Montagnes, qui fait la part belle aux traditions, est placée sous le thème à double sens "Carnaval c'est tout Bêtes". Le coup d'envoi a été donné vendredi soir avec un cortège nocturne. Huit cliques ont participé aux festivités sur l'ensemble du week-end.

A Bassecourt, baptisée pour l'occasion Patadorf, la foule a suivi le cortège humoristique placé sous le thème "mont'strueux". Le défilé du carnaval du Jura a réuni de nombreux chars allégoriques et humoristiques ainsi qu'une douzaine de cliques.

A quelques kilomètres de là, la capitale jurassienne était aussi en liesse. Le carnaval de Trissville a baigné dans les années 1970 avec pour mots d'ordre paix et amour. Pour cette 116e édition, le cortège du dimanche après-midi a réuni davantage de groupes de musique que lors des précédents défilés.