50% de morts en plus en montagne en 2018 que l’année précédente

136 personnes ont été victimes d’un accident mortel en pratiquant des activités classiques en montagne au cours de l’année 2018, soit 50% de plus qu’en 2017. Les sports de neige enregistrent le plus grand nombre d’accidents mortels.

05 nov. 2018, 11:51
Jusqu'à fin septembre, dans les Alpes suisses et dans le Jura, 2753 personnes se sont trouvées en détresse et ont été secourues par les organisations de sauvetage.

Un hiver enneigé et un été ensoleillé: les randonnées en montagne ont augmenté en 2018. Au cours de l’année, 136 personnes ont été victimes d’un accident mortel en pratiquant des activités classiques en montagne, soit 50% de plus qu’un an auparavant.

Jusqu’à fin septembre, dans les Alpes suisses et dans le Jura, 2753 personnes se sont trouvées en détresse et ont été secourues par les organisations de sauvetage, indique lundi le Club Alpin Suisse (CAS). Cela représente une augmentation de 20% par rapport à 2017.

Les interventions ne sont pas toutes liées à un accident grave. Un tiers des sportifs a été ramené sain et sauf ou légèrement blessé.

Sports de neige

Les sports de neige – randonnée à skis ou à raquette, «freeride» – enregistrent le plus grand nombre d’accidents mortels. L’accident au Pigne d’Arolla a pesé lourd: fin avril, sept randonneurs à skis y ont perdu la vie à cause du froid et de l’épuisement.

Pour le CAS, les conditions météorologiques sont responsables de ce bilan négatif. En 2015 et en 2011 les activités en montagne étaient également plus importantes et le nombre de morts plus élevé (144 morts, respectivement 138).