Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Joli coup de pellet

Pétrole qui se raréfie, énergie nucléaire qui tue, Anzère a choisi de leur substituer des granulés de bois qui vont brûler dans la plus grande centrale d'Europe.

30 mars 2011, 05:01

«Il y a cinq ans, quand nous avons lancé notre projet de centrale à granulés de bois, le baril de pétrole coûtait 60 dollars. Il a fallu faire preuve d'une grande force de persuasion pour convaincre les propriétaires d'opter pour une solution de chauffage écologique malgré un coût du kilowatt supérieur à celui du mazout. Aujourd'hui, alors que la centrale arrive à terme et que baril tourne autour des 115 dollars, ils se réjouissent d'avoir osé franchir le pas. Mieux, les agences immobilières ont fait de ce chauffage propre un argument de vente.»

Albert Bétrisey, l'un des initiateurs du projet de chauffage à distance aux pellets d'Anzère passe en revue avec une légitime satisfaction les prémices de sa mise en place. Actuellement, une centrale mobile permet déjà de chauffer deux bâtiments. Dès la fin de l'année, elle disparaîtra au profit de la centrale fixe et 13 autres immeubles les rejoindront...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias