Anzère: un petit mot derrière le pare-brise au lieu de l’amende

Dans la station d’Anzère, celui qui n’a pas payé son parking est simplement invité à le faire, mais n’est pas amendé… pour l’instant.
29 janv. 2019, 15:55
Anzère a mis en place plusieurs nouveautés au niveau de ses parkings.

Un petit mot glissé sur le pare-brise au lieu de la douloureuse amende. C’est l’agréable surprise vécue par les automobilistes qui ont «oublié» de s’acquitter de leur taxe de parcage à Anzère. Le petit mot invite à s’acquitter du montant qui aurait dû être payé pour un stationnement durant une journée entière, soit 8 francs.

«Nous fonctionnons de cette manière pour que les gens puissent s’habituer au nouveau système que nous avons mis en place à Anzère», explique le président de la commune d’Ayent, Marco Aymon, confirmant une information de Rhône FM.

Un nouveau système pour les parkings

La nouveauté consiste pour les automobilistes à inscrire leur numéro de plaque à la borne de stationnement. «Celui qui paie pour parquer la journée au parking de la télécabine peut ensuite déplacer sa voiture pour se rendre dans un parking de la station, sans payer une nouvelle fois», explique le président, qui précise qu’il faut que les places de parc se trouvent dans la même zone tarifaire.

Une gentillesse provisoire

L’invitation au paiement de 8 francs au lieu de l’amende n’est pas appelée à perdurer indéfiniment. «Il n’y a que 20% des contrevenants qui paient ces 8 francs. Comme il ne s’agit pas d’une amende, juridiquement, nous ne pouvons rien faire contre celui qui ne paie pas.» A terme, il faudra donc revenir au bon vieux système d’amende, regrette Marco Aymon, qui constate toutefois que cette transition sans douloureuse était nécessaire et est fort appréciée par les hôtes de la station.

Des places privées mises à disposition

La commune d’Ayent a trouvé une autre manière pour offrir des possibilités de parcage sur Anzère. Les privés sont appelés à mettre leurs places de parc à disposition lorsqu’ils ne les utilisent pas. Et ils sont rétribués pour cela. Plusieurs dizaines de places de parc se retrouvent ainsi dans le circuit.

«Tout le monde est gagnant», se réjouit Marco Aymon, qui désespérait jusqu’ici de voir des places de parking vides et des automobilistes qui tournaient en rond pour trouver un lieu où garer.

par Jean-Yves Gabbud