Réservé aux abonnés

Quand les élèves vont en boîte

Les écoles «cubiques» ont semblé fleurir ces derniers mois. Mais la tendance ne date pas d’hier. Et elle a ses raisons.
19 oct. 2016, 23:32
/ Màj. le 20 oct. 2016 à 00:01
Aproz, le 21 avril 2016



Inauguration du nouveau centre scolaire d'Aproz.



Sacha Bittel/Le NouvellisteAproz - centre scolaire

L’image d’Epinal de la bucolique petite école de village avec son toit à deux pans et son clocheton pour sonner l’heure de la récréation a fait son temps. Ces derniers mois, plusieurs établissements scolaires ou parascolaires «cubiques» ont vu le jour, du cycle d’orientation d’Octodure au CO de Fully-Saxon en passant par l’école-UAPE de Conthey ou le centre scolaire d’Aproz. Si l’on retrouve de telles constructions un peu partout en Europe, ce serait pourtant «très suisse de faire des cubes». C’est du moins l’avis de Renaud Rudaz, du bureau R2A à Sion, à qui l’on doit l’école primaire de Ridde...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois