Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

La seconde expertise confirme la première

08 sept. 2015, 17:02
data_art_3346953.jpg

La seconde expertise psychiatrique de l'homme qui avait tué trois personnes et blessé deux autres à Daillon en janvier 2013 n'est pas favorable à un internement à vie.

Selon le site 20 Minutes.ch, le second expert mandaté par la justice valaisanne estimerait qu'il n'est pas exclu qu'un traitement, sans drogue, ni alcool, améliore l'état de ce Valaisan de 36 ans, un ancien militaire, marginal et amateur d'armes.

Un premier rapport psychiatrique estimait que seule une mesure d'internement est envisageable à long terme. Et les auteurs de ce premier rapport ajoutaient, eux aussi, que les conditions d'un internement à? vie ne sont pas toutes remplies. Le premier rapport n'excluait pas une amélioration. Avec des soins appropriés, " la pathologie de l'accusé se modifiera et s'atténuera progressivement ", écrivaient-ils. Le risque de récidive est jugé élevé, mais ils prônent néanmoins un internement modifiable suivant l'évolution du patient.

Mécanisme de défense

La deuxième...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias