Attaques de loup: 35 moutons tués en juillet, Hérémence demande au canton d’agir

A la suite des attaques de loup qui ont tué au moins 35 ovins dans le val d’Hérens, la commune d’Hérémence invite le Conseil d’Etat «à prendre les mesures urgentes qui s’imposent».

03 août 2021, 11:09
Le loup dans le collimateur de la commune d'Hérémence qui demande au canton de prendre les mesures nécessaires.

«La commune d’Hérémence a décidé d’interpeller le Conseil d’Etat pour lui demander d’entreprendre toutes les démarches nécessaires permettant d’ordonner un tir, respectivement de réguler la population de loups de notre région.» Le président Gregory Logean et son Conseil ont donc réagi à la suite des récentes attaques de loup contre des troupeaux d’ovins dans le val d’Hérens.

35 bêtes tuées

La commune rappelle que la dernière attaque connue dans la région de l’alpage des Arpilles porte désormais à plus de 35 le nombre d’ovins massacrés pour le seul mois du juillet sur les communes d’Evolène et d’Hérémence. 

Huit bêtes retrouvées mortes dans la région d’Allèves (Hérémence) sur un alpage pourtant surveillé par des chiens de protection et au moins 27 autres dans la région de l’alpage des Arpilles (Evolène): les autorités d’Hérémence estiment que «le nombre minimal d’animaux de rente attaqués pour permettre la prise de mesures est ainsi clairement atteint, qu’il s’agisse d’un loup isolé ou d’une meute».

Il faut associer les chasseurs

Gregory Logean attend que le Conseil d’Etat associe des chasseurs pour l’exécution d’éventuelles autorisations de tir comme le demandait le postulat «Pour augmenter les chances de succès de tir des loups». Une intervention acceptée par le Grand Conseil en septembre 2019 et que le Service cantonal de la chasse s’est engagé à le mettre en œuvre.

En parallèle de ces démarches, la commune d’Hérémence étudie actuellement diverses mesures concrètes pour venir en aide aux éleveurs et prévenir ces attaques répétées.