Réservé aux abonnés

Valais: autonomes, malgré des difficultés psychiques

Plus de 130 personnes en Valais, souffrant de dépression, bipolarité ou schizophrénie, sont accompagnées chaque semaine par des travailleurs sociaux de Domus, institution de réhabilitation sociale. Nous avons suivi l’une de ces éducatrices pendant ses visites.
03 juin 2021, 18:00
Bénédicte Dayer (de face) rencontre Judith* une fois par semaine pendant une heure et demie.

Les suivis socio-éducatifs de personnes avec des difficultés psychiques (dépression, bipolarité, etc.) sont encore peu connus en Valais. Une maman d’une jeune femme atteinte de schizophrénie avait même déploré dans «Le Nouvelliste» il y a quelques semaines ne pas avoir trouvé d’aide pour sa fille pendant le premier confinement. Si l’association Synapsespoir – qui soutient les proches de gens souffrant de ces troubles –, connaît l’existence de ces accompagnements, elle r...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois