Réservé aux abonnés

Une nouvelle loi pourrait rendre les enquêtes judiciaires encore plus compliquées à résoudre

Faut-il rendre plus stricts le profilage ADN et l’utilisation du matériel saisi lors d’une perquisition? Un prévenu peut-il être mis momentanément à l’écart d’une enquête le concernant? Autant de questions qui agitent le monde judiciaire alors que la Confédération veut modifier le Code de procédure pénale.
14 mars 2020, 09:00
Parmi les nouveautés qui posent problème: un suspect pourrait invoquer le secret des affaires pour éviter que la justice ne fouille dans certains documents compromettants.

Profilage ADN de suspects, perquisitions, interrogatoires: si dans les séries TV, les enquêtes policières avancent souvent rapidement et sont bouclées en moins d’une heure, dans la réalité, les règles de la procédure pénale ralentissent fortement le travail des policiers et procureurs.

Car le législateur a prévu des barrières pour protéger le droit du prévenu. Des protections que le Conseil fédéral propose de renforcer dans le Code suisse de procédure pénale. Or...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois