Un capitaine de "Frégate" heureux

Bernard Constantin ému de la victoire de sa protégée, hier à Aproz. Un éclair de fierté dans la nuit presque noire comme une hérens.

12 mai 2014, 00:01
data_art_2330976.jpg

D'abord, il y a ses mains. On ne voit qu'elles, éclairées par des flashes qui n'arrêtent pas de crépiter. Deux masses lourdes, que Bernard Constantin ne semble plus pouvoir décoller du col noir charbon de sa reine.

Dans la finale des finales, "Frégate" a mis la pâtée à "Castagne". Et sous la pluie battante, les souliers scotchés dans la boue de l'arène, l'éleveur se prête volontiers au jeu des photos. Le Haut-Valaisan est tout sourire. Un peu hagard, ébloui. Le shooting terminé, il réalise. Les caméras s'éloignent, lui reprend son souffle, mains écartées, paumes vers le haut. Alors, on regarde l'homme dans les yeux, et c'est un bleu acier qui vous empoigne.

Sans hésiter, il affirme que c'est le plus beau jour de sa vie. Devant la moue sceptique de sa femme Renée, il ne tarde pas à se raviser: "Enfin presque."

A 66 ans, ce solide gaillard à mousta- che sait sans doute qu'il faut profiter de chaque instant. "Frégate" est peut-être plus petite que les autres mais elle est méchante", confie-t-il pour expliquer sa performance. Telle vache, tel maître? Bernard Constantin n'est pas contre l'idée. "Il ne faut pas se fier aux apparences mais on me dit parfois que j'ai l'air sévère" , répond-il un brin amusé.

Dans ses yeux qui étincellent, on lit l'amour qu'il porte à cette vie-là, à ses reines. Mais dans les rides qui barrent son front, on devine aussi les levers à l'aurore, les heures passées à l'écurie, les journées de sueur. Les vaches, c'est son hobby. Car chez les Cons tantin, on est éleveur de père en fils. On ne jure que par l'hérens. Aujourd'hui, c'est sa seconde vie. Celle qui a commencé à sa retraite.

Un mot pour traduire son attachement aux reines? La fatigue aidant, il est tenté de conclure qu'il n'y en a décidément pas... Il doit se résigner à garder pour lui ce mystère. Il termine alors: "Avec les vaches, c'est une histoire qui dure. Et là, être dans la lumière, c'est un réel bonheur."