Tout savoir sur le gazon. Par Nicolas Bonvin, paysagiste

08 juin 2019, 11:00
Nicolas Bonvin, paysagiste.

L’origine du gazon

La naissance du gazon moderne tel que nous le connaissons aujourd’hui coïncide avec l’invention en Angleterre de la première tondeuse et le développement des premières fumures appropriées pour gazon.

La composition d’un mélange gazon

Sous le terme générique de gazon se cachent plusieurs espèces de graminées. En effet, sous nos latitudes, on compte dans la plupart des cas quatre espèces entrant dans les mélanges avec des pourcentages différents:

1. Le Ray-grass anglais (Lollium pérenne)
2. Le Paturin des prés (Poa pratensis)
3. La Fétuque rouge (Festuca rubra)
4. La Fétuque élevée (Festuca aroundinacea) 

Ainsi, le pourcentage de chaque espèce dans le mélange a un lien direct avec son utilisation.

La tonte du gazon

Un gazon d’agrément devrait être tondu au minimum toutes les semaines. Une pelouse tondue plus régulièrement, soit 2 à 3 fois par semaine, sera beaucoup plus dense car le système de régénération et la pousse sont activés. Pour éviter une perte de temps, il est possible d’équiper sa parcelle d’une tondeuse robotisée.

Mais attention, cette tondeuse vous fera gagner du temps et rien d’autre. Les déchets laissés sur place seront pour un petit pourcentage absorbés sous forme de nutriments et une partie demi-décomposée va créer une couche de feutrage.

Avec une tondeuse traditionnelle, il est important de scarifier au minimum une fois par an et avec un robot deux fois par an. Cela permettra à l’oxygène de bien circuler et de profiter ainsi d’un gazon en bonne santé.

L’entretien d’un gazon

Il passera par plusieurs étapes durant l’année ou la période de croissance. Le gazon est sans doute la culture la plus intensive qui existe. C’est pour cette raison que lors de sa croissance, il faudra être précis sur l’apport d’engrais, soit au minimum 3 à 4 épandages par année.

L’apport en eau est un sujet pas si facile à aborder car beaucoup de parcelles équipées par des conduites automatiques sont beaucoup trop arrosées au mauvais moment de la journée. 

Quelques points à retenir

1. L’arrosage en fin de journée est à proscrire. Le gazon stressé par sa journée au soleil aura du mal à emmagasiner l’eau distribuée et la formation de maladies cryptogamiques durant la nuit est possible. 
2. Le gazon est peut-être la seule culture qui ne brûle pas en cas d’arrosage durant la journée en plein soleil.
3. Privilégier un arrosage durant la première partie de matinée afin que le gazon puisse l’utiliser à sa guise lors de la hausse des températures.

En savoir plus: Le site de l’Association valaisanne des paysagistes