Serge Métrailler: "Si la presse parle de couteau dans le dos, les partisans me parlent de poignard dans le cœur"

Nicolas Voide qui fait liste commune avec Oskar Freysinger et le conseiller aux Etats Jean-René Fournier qui applaudit la manœuvre. Serge Métrailler, le président du PDC Vr a eu un début de semaine difficile. Il revient dans une interview sur ces événements, le poids et la place des conservateurs dans son parti.

05 janv. 2017, 15:56
/ Màj. le 06 janv. 2017 à 06:30
Serge Métrailler revient sur les ailes qui composent le PDC Vr qu'il préside.

Serge Métrailler, le président du PDC Vr ne croit pas à une fronde généralisée de la frange conservatrice de son parti. Après l'annonce de Nicolas Voide de rejoindre Oskar Freysinger sur une liste commune qui défie de fait la candidature de Christophe Darbellay, le patron des démocrates-chrétiens revient sur ce début de semaine mouvementé pour lui et sa famille politique. Il peine à estimer le poids de l'aile conservatrice, mais rappelle qu'elle a toujours fait partie de l'ADN du PDC valaisan.

Fausses critiques

"Si nous avons avancé le congrès de nomination des candidats, c'était pour des questions logistiques et lancer les élections communales", assure le président Métrailler. Il réfute ainsi la critique de Nicolas Voide ou encore du sénateur Jean-René Fournier d'avoir été mis devant un fait accompli au printemps dernier sans réel choix d'un candidat conservateur.

Découvrez l'interview de Serge Métrailler dans nos éditions papier et numériques du 6 janvier.