Réservé aux abonnés

Riront bien qui riront les dernières. La chronique de Noémie Schroeter

26 juin 2019, 10:00
Noémie Schroeter, étudiante.

L’infaisable a été fait. Tous ceux et celles qui ont ouvertement critiqué ou douté de la grève des femmes* de 2019 ont eu tort, tout simplement. Il n’y a pas d’autre moyen de le dire.

Tous ceux et celles qui se moquaient sur les réseaux sociaux n’ont pu qu’observer en silence les visages radieux des centaines de milliers de personnes qui ont manifesté à travers toute la Suisse, vendredi 14 juin dernier.

Celle qui, après avoir écrit qu’elle avait «honte de son sexe», fi&eg...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois