"Pro service public": unis, les partis valaisans dénoncent une «tromperie»

UDC, PLR, Verts, PS, PDC et PCS s’unissent contre un objet qui conduirait selon eux à «une dégradation des prestations et des services». Ils l’ont martelé ce mardi matin lors d’une conférence de presse.

24 mai 2016, 12:22
Réunis pour dire "Non à l'initiative pour démanteler les services publics": Benjamin Roduit (PDCVr), Gregoire Raboud (Les Verts), Jonas Egli (PLR), Bernard Gabioud (PCS), Christian Roduit (PS) et Jérôme Desmeules (UDCVr).

«Attaque déguisée du service public», «tromperie», initiative «totalement insoutenable», qui «trompe le consommateur», affaiblirait «massivement» le service public et aboutirait à une «dégradation des prestations et des services». Une fois n’est pas coutume, toutes les principales formations politiques – UDC, PLR, Verts, PS, PDC et PCS – ont décidé de faire front commun ce mardi matin. L’objet: l’initiative «En faveur du service public», sur laquelle le peuple suisse est appelé à se prononcer le 5 juin prochain.

Pris à gauche, à droite ou au centre, les termes traduisent, si ce n’est une panique, du moins une urgence. «Il y a péril en la demeure», souligne Jérôme Desmeules, co-président de l’UDC du Valais romand, à l’origine d’une conférence de presse convoquée lundi seulement. Les partis y ont dit leur crainte, forte, de voir l’initiative, lancée par des magazines de défense des consommateurs, menacer une offre de service public – La Poste, CFF, Swisscom en tête – «davantage en danger en Valais qu’ailleurs».  

Retrouvez cet article dans son intégralité dans nos éditions papier et numériques du mercredi 25 mai.