Réservé aux abonnés

Pourquoi il faut encore croire en l'Europe

02 août 2015, 19:18

BLAISE HOFMANN écrivain

A vingt mois des élections fédérales, les turbulences qui secouent l'Europe donneront des ailes aux eurosceptiques. Bientôt nos murs refleuriront d'affiches à faire froid dans le dos, de slogans anti-Schengen et de quoi attiser notre inaltérable sentiment d'insécurité.

Les europhiles, eux, ne broncheront pas. Relancer le débat serait prématuré, inconscient, contraire surtout à leurs intérêts.

Nous voilà donc condamnés à vingt mois d'isolement.

Mais dites, est-ce l'Europe qui est la cause du fiasco grec? Non. C'est même grâce à elle que le continent restera stable et n'engen...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois