Réservé aux abonnés

On ne prête qu'aux riches

Pierre Mayoraz - chef de la rubrique économique

10 mars 2011, 05:01

Certaines différences de salaires peuvent paraître injustes au premier regard. Car, comment comparer les horaires d'un boulanger avec ceux d'un employé de commerce, la pénibilité du travail de maçon qui monte les murs avec celle du dessinateur qui les trace sur un plan? Une analyse un peu plus approfondie montre cependant que le grand ordonnateur de la donne salariale reste le marché au-delà des conventions collectives et des bonnes volontés.

Si un maçon gagne 1000 francs de plus qu'un mécanicien, c'est que ce mé...