Mobilité: des cols valaisans ouverts plus tôt aux cyclistes?

Les cyclistes pourraient bientôt pouvoir rouler durant sept jours sur les cols alpins du canton sans voitures ni camions. Le Grand Conseil valaisan a accepté jeudi un postulat interpartis par 72 oui contre 39 non et 4 abstentions.
12 nov. 2020, 10:44
Choisis sur la base d'un tournus, des cols du canton pourraient être réservés une semaine aux cyclistes.

Et si le Valais ouvrait ses cols alpins à la mobilité douce une semaine avant l’ouverture officielle aux véhicules motorisés? C’est en tout cas l’idée défendue dans un postulat interpartis accepté jeudi par le Grand Conseil valaisan.

Ce texte, qui a été transmis au Conseil d’Etat pour réponse, s’inscrit, selon ses auteurs, dans le développement du tourisme quatre saisons, clairement affiché dans la stratégie touristique cantonale. Selon la gauche, cette initiative permettrait d’attirer les amateurs de cyclisme qui reprennent leurs activités au printemps, période creuse pour le tourisme, avec des itinéraires libres de circulation motorisée.

A lire aussi: Valais: le projet de loi sur la mobilité douce suivi de près

Ce postulat crée une «inégalité de traitement envers les automobilistes», a plaidé le PLR Thomas Birbaum. Si les cols peuvent être rouverts, alors ils doivent l’être pour tous ses utilisateurs. De son côté, le PDC du Haut a relevé que la fermeture d’une route «n’a de sens que si la plus-value en vaut la peine». Selon lui, la question «se pose alors de savoir si Valais/Wallis Promotion ne devrait pas élaborer un concept général» avant toute chose. Une telle initiative doit venir du tourisme, a-t-il conclu.

Pour le vert Philippe Cina, le vélo sous toutes ses formes offre «un potentiel de développement très important». Cette mesure d’ouverture anticipée des cols peut être aménagée «de manière pragmatique». Cette mesure pourrait être appliquée à un certain nombre de cols, choisis chaque année selon un tournus, a-t-il expliqué en plénum, répétant l’importance de soutenir une activité touristique difficile durant les mois de mai-juin.

Le plénum a suivi son argumentation en soutenant le postulat par 72 oui, 39 non et 4 abstentions.