Mercure: nouvelle étape pour les travaux d’assainissement, qui débutent à Viège Ouest

Plus de 60% des parcelles polluées au mercure dans le Haut-Valais ont été assainies à ce jour. Nouvelle étape: l’assainissement de onze parcelles contaminées à Viège Ouest. Les travaux débutent ce lundi 23 mars.

23 mars 2020, 10:48
L'état de la situation à Viège. En vert, les zones assainies ou n'ayant pas nécessité d'assainissement; en brun, la zone où les travaux ont débuté ce lundi 23 mars; en rouge, les parcelles qui seront l'objet d'un assainissement futur.

La phrase vient rapidement conclure le communiqué envoyé ce lundi à la presse par Lonza: «Des retards dus à d’éventuelles mesures de lutte contre le Covid-19 sont réservés.» Coronavirus ou pas, l’assainissement des sols contaminés au mercure dans les zones habitées, entamé en 2017, se poursuit.

Plus de 60% des parcelles nécessitant un assainissement ont été assainies à ce jour.

A lire aussi : Rapport sur le mercure: Jacques Melly persiste et signe, il a fait juste

Les derniers travaux dans la zone de Turtig Ouest (Rarogne) ont commencé début mars. Ils devraient être terminés fin avril, avant la remise en état complète et la revégétalisation jusqu’au début de l’été. Sur les douze parcelles concernées, sept avaient déjà été assainies avant l’hiver. 

10 mg de mercure par kilo

A Viège, après l’assainissement des surfaces polluées à Viège Sud en 2019, l’attention se porte désormais sur le quartier de Viège Ouest. Les travaux ont, eux, commencé ce lundi 23 mars. Au total, onze parcelles sont concernées dans cette zone.

La pollution maximale s’élève en moyenne à 10 mg de mercure par kilogramme de sol. Les travaux d’assainissement devraient y être terminés d’ici à la fin du mois de mai. La remise en état sera ici aussi en grande partie terminée d’ici à l’été.

Analyses de sol complémentaires

Par ailleurs, des analyses de sol complémentaires sont également menées depuis ce lundi 23 mars dans les zones agricoles entre Viège et Rarogne. Lonza communique que «d’autres étapes d’investigation seront ensuite réalisées dans les mois à venir, au cours desquelles les contaminations au mercure seront progressivement circonscrites».