Maladie de Lyme: c'est la saison des tiques, soyez prudents

On est en pleine saison des tiques. Outre l’encéphalite, l’acarien peut transmettre la maladie de Lyme, affection touchant le système nerveux. Situation en Valais et conseils.

30 juin 2017, 06:03
/ Màj. le 30 juin 2017 à 12:00
En Valais comme dans le reste de la Suisse, la proportion de tiques infectées par la bactérie Borrelia burgdorferi (nom scientifique de l’agent de la borréliose, ou maladie de Lyme) est estimée entre 20 et 50%.

Avec la chaleur de l’été, la tentation d’aller prendre le frais sur les sentiers ou en forêt est grande. Et c’est là, au sommet d’un brin d’herbe haute ou au bout de la branche d’un arbuste, que l’on peut faire la rencontre de l’Ixodes ricinus, l’espèce de tique la plus répandue en Suisse.

>> A lire aussi: Attention, la saison des tiques a commencé!

Présente jusqu’à une altitude de 1 500 mètres, active entre mars et novembre, elle a sous nos latitude entre 20 et 50% de risques d’être porteuse de la bactérie Borrelia burgdorferi, nom scientifique de l’agent de la borréliose, ou maladie de Lyme.

10 000 infections par an en Suisse

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) estime qu'en Suisse, 10 000 personnes contractent chaque année une borréliose après une piqûre de tique. Se manifestant en premier lieu par des rougeurs locales, la maladie peut affecter les articulations, le système nerveux, voire, plus rarement, le cœur. Et peut, en l’absence de traitements – par antibiotiques – déboucher sur des handicaps durables.

>> A lire aussi: Les tiques ont déjà piqué 4000 personnes en 2016, soit deux fois plus que les années précédentes

Sur notre site et nos applications ce vendredi dès 17h30, découvrez le témoignage de deux Valaisans touchés dans leur chair par la maladie.