Loup de Rarogne: le braconnier présumé acquitté par le Tribunal de Brigue

Le retraité allemand qui était accusé d'avoir abattu le loup M63 a été acquitté vendredi par le juge du Tribunal de Brigue. En revanche, il a été condamné pour de multiples infractions à la loi sur la chasse et à la loi sur les armes.

29 juin 2018, 18:13
En mars 2016, le cadavre du loup M63 est retrouvé sur les berges du Rhône, dans la région de Rarogne.

Ce vendredi, le Tribunal de district de Brigue a choisi d'acquitter l'homme qui était soupçonné d'avoir abattu le loup de Rarogne. Le juge a estimé que les éléments de preuve avancés par le Ministère public pour l'accuser dans cette affaire étaient «objectivement insuffisants». En revanche, pour de multiples infractions à la loi cantonale sur la chasse et à la loi fédérale sur les armes, ce retraité originaire d'Allemagne a été condamné à une peine de 60 jours-amende avec sursis pendant deux ans, ainsi qu'à une amende de 1000 francs.

La veille, devant une quinzaine de chasseurs venus assister au procès, le procureur avait requis un an de prison avec sursis pendant quatre ans, 4'000 francs d’amende et une interdiction de chasser en Valais pendant dix ans. L'avocat de la défense, lui, avait beaucoup insisté: «Aucune expertise n’atteste avec certitude la culpabilité de mon client; le dossier comporte des indices, mais pas de preuves.» C'est la première fois en Suisse qu'un braconnier de loup présumé comparaissait devant la justice. 

A lire aussi : Loup abattu à Rarogne: 12 mois de prison avec sursis requis contre le braconnier présumé

Les faits remontent à mars 2016. Le cadavre du loup M63 a été retrouvé sur les berges du Rhône, dans la région de Rarogne. Habitué à fréquenter les hauts de Brigue, l'animal a été abattu d'une balle dans le coeur. Le Ministère public ouvrait une instruction. Après avoir été classée, faute d'éléments, elle a repris lorsque sont apparus des soupçons contre ce retraité allemand établi dans le Haut-Valais depuis une trentaine d’années.

Réputation turbulente

Précédé d'une réputation turbulente, l’individu a tout du parfait braconnier. Il ignore régulièrement la loi sur la chasse. Caméras infrarouges, détecteurs de mouvements, silencieux: il possède aussi un arsenal d'une rare sophistication. Plusieurs de ces accessoires ont été confisqués et seront détruits. Le jugement n'est pas définitif. Le Ministère public a déjà annoncé qu'il fera recours au Tribunal cantonal.

A lire aussi : Le tueur présumé du loup de Rarogne disposait d'un arsenal de gadgets interdits

Par ailleurs, les chefs des gouvernements de neuf régions alpines demandent un assouplissement de la protection du loup. Réunis ce vendredi dans les Grisons, les représentants de plusieurs cantons suisses, mais aussi de la Bavière, du Tyrol ou de la Lombardie, ont signé une résolution adressée à l'Union européenne. Leur texte propose aussi un monitoring international du prédateur, pour mieux gérer ses effectifs.