L’odorat du chien: un outil supplémentaire dans la lutte contre le Covid-19. Par Gaëlle Mandon

19 janv. 2021, 11:00
Gaëlle Mandon, médecin vétérinaire.

Hypothèse validée! Une étude parue le mois dernier dans la revue «Plos One» cherchait à démontrer que les chiens pouvaient être un atout utile et efficace dans le dépistage de personnes positives et symptomatiques au Covid-19.

L’odorat très perfectionné des chiens est depuis longtemps utilisé dans le dépistage de différentes maladies (cancer, infection virale, diabète, maladie dégénérative notamment). L’idée est donc rapidement venue d’utiliser des chiens dans la lutte contre le Covid-19: ils répondent parfaitement au besoin pressant des autorités sanitaires de dépistages rapides, peu coûteux et fiables.

L’étude menée par le Pr Dominique Grandjean, de l’Ecole nationale vétérinaire d’Alfort, porte sur 177 échantillons prélevés sur des volontaires en France et au Liban. Elle part du principe qu’une personne infectée présente des odeurs spécifiques que les chiens pourraient détecter. On retrouve ces composés volatiles caractéristiques du Covid dans les urines, la sueur, les larmes, la salive, les selles et l’haleine.

Dans cette étude, des échantillons de sueur étaient simplement prélevés sur une compresse stérile placée quelques minutes sous les aisselles de volontaires. Les chiens étaient placés face à quatre échantillons d’odeurs et ils devaient reconnaître celui lié au virus.

Six chiens, dont trois spécialisés en recherche d’explosifs, un chien de recherche et sauvetage et deux chiens de détection de cancer du côlon, étaient utilisés dans cette étude, cela après un entraînement d’une à trois semaines.

En à peine un dixième de seconde, les chiens marquaient avec une fiabilité de 76% à 100% les porteurs symptomatiques du virus. Deux d’entre eux avaient même marqué plusieurs fois un échantillon prélevé sur une personne qui avait eu un test PCR négatif: afin de lever le doute, un second test a été effectué… qui s’est révélé positif!

Toutes ces données permettent d’espérer une utilisation plus importante des chiens dans la lutte contre le Covid, par exemple lors de manque de tests, dans les aéroports, comme c’est déjà le cas aux Emirats arabes unis, dans les EMS (expérience en cours en France). 

En savoir plus: Le site du cabinet vétérinaire Les Berges du Rhône