Partenariat éditorial

L’indice des directeurs d’achat marque le pas

Le commentaire de Neven Barada, Conseiller advisory BCVs
27 juin 2022, 12:00
Indice des directeurs d’achat PMI.

L’indice des directeurs d’achat de la zone EUR enregistre une baisse importante par rapport au mois dernier. Au niveau manufacturier, le chiffre préliminaire du mois de juin se situe à 52.0, contre 53.8 attendu et 54.6 pour le mois dernier. Au niveau des services, l’imagine est légèrement meilleure avec un niveau de 52.8 contre 55.5 attendu et 56.1 le mois dernier. Il faut revenir 16 mois en arrière pour retrouver des chiffres aussi bas. Nous pouvons néanmoins relever que nous sommes toujours au-dessus du niveau de 50 qui indique la frontière entre l’expansion et la contraction économique. Globalement la France s’en tire mieux que son voisin allemand. La guerre en Ukraine et la dépendance de l’Allemagne aux énergies russes expliquent en partie cette différence. Du reste, le pays se prépare à une crise du gaz.  

Si la flambée des prix enregistre un pic dans le secteur manufacturier, dans les services, les pressions sur les prix restent élevées. Malgré les signes de ralentissement économique, il existe plusieurs facteurs qui continueront à soutenir l’activité en Europe. D’un côté, le marché de l’emploi est particulièrement solide et devrait alimenter les dépenses des consommateurs. De l’autre, toute une partie de l’activité économique doit encore atteindre son rythme de croisière après les fermetures dues à la pandémie. Dans le tourisme par exemple, certaines régions enregistrent des réservations pour l’été 2022 supérieures à l’année record 2019, dernière saison pré-pandémie.

La Fed veut faire reculer l’inflation

La Réserve fédérale américaine (Fed) est fortement déterminée à faire reculer l’inflation, qui a atteint son plus haut niveau depuis 40 ans. Les responsables politiques agissent rapidement pour y parvenir, a déclaré mercredi son président. Il a ajouté que le rythme des prochaines hausses de taux continuerait de dépendre des indicateurs et de l’évolution des perspectives économiques. Le président de la Réserve fédérale américaine, Jérôme Powell a reconnu devant le Congrès qu’une hausse rapide des taux d’intérêt pourrait provoquer une récession même si ce n’est pas l’effet recherché.