Les séniors, une cible privilégiée pour les escrocs

En 2017, 63 séniors ont été victimes d'escroqueries en tous genres en Valais. La perte d'argent se monte à plus de 4 millions.

09 janv. 2019, 20:00
Sur son smartphone ou sur internet, mieux vaut rester méfiant et ne jamais communiquer ses données personnelles.

Les arnaques financières et les cyberattaques sont toujours plus fréquentes. Elles touchent de nombreux séniors, mais personne n’ose en parler. Les victimes restent murées dans le silence. «Il est particulièrement difficile de dire qu’on s’est fait voler 60 000 francs, par exemple», reconnaît Stève Léger, porte-parole de la police cantonale. «Pourtant, si la personne ne restait pas seule face à son escroc, nous pourrions éviter bien des arnaques», poursuit-il en invitant l’entourage des séniors à rester vigilant et solidaire.

Si la personne ne restait pas seule face à son escroc, nous pourrions éviter bien des arnaques.
Stève Léger, porte-parole de la police cantonale

Pour certaines personnes, cette perte sèche signifie le début des difficultés financières. L’expérience est plus ou moins traumatisante et la souffrance psychologique est importante. Bien souvent la victime se sent honteuse et garde un sentiment de peur.

Les chiffres donnent le vertige… En 2017, 63 personnes âgées de 60 ans et plus ont été victimes d’escroqueries. En tout, la perte financière se monte à 4 140 000 francs. Sept personnes ont été particulièrement lésées pour un préjudice total de 3 600 000 francs. Elles ont perdu des sommes entre 200 000 et 1 000 000 de francs, révèle Stève Léger.

En Suisse, les abus financiers ont provoqué la perte de plus de 400 millions de francs chez les séniors, comme le montre une étude sur les abus financiers menée par Pro Senectute Suisse en collaboration avec l’Institut de lutte contre la criminalité économique de la Haute école de gestion Arc Neuchâtel.

Sensibiliser

Ce constat a fait réagir Pro Senectute Valais. La fondation répond et renseigne les séniors qui sont confrontés à ce type de difficultés. Elle met également à disposition des brochures d’informations.

«Nous ne voulions pas rester les bras croisés. Nous avons donc choisi d’en parler et de sensibiliser les personnes de 60 ans et plus à cette problématique. Pour nous, la prévention reste la meilleure des réponses», souligne Yann Tornare, directeur de Pro Senectute Valais. La fondation a donc choisi de mettre en place un cours «comment se protéger contre les abus financiers» à la fin de l’année 2018 en collaboration avec la police cantonale. Il sera probablement reconduit en 2019.

«Nous intégrerons également cette thématique aux cours existants qui sont dédiés à l’informatique ou à l’utilisation de smartphone et de tablette.» La formation, donnée en décembre par Stève Léger, a rencontré un certain succès puisque une quinzaine de séniors y ont participé. Nombre d’entre eux ont été approchés de près ou de loin par des arnaqueurs.

Phishing, money-mule, skimming, fausses annonces, arnaque du neveu, cambriolage, vol à l’astuce ou à la tire et j’en passe… Les escrocs n’ont pas de limites. Ils font preuve d’une grande imagination. Certains participants ont reçu le traditionnel mail d’un ami qui se trouvait à l’étranger en difficulté et réclamait de l’argent. «J’ai tout de suite appelé mon amie pour vérifier. Elle n’était pas du tout à l’étranger…» raconte une participante.

Rester sur ses gardes

L’arnaque du faux neveu n’a plus autant de succès. Les séniors sont bien informés et réagissent de mieux en mieux. «Dans les derniers cas qui nous ont été signalés, les séniors ne sont pas entrés dans le jeu de l’escroc», se réjouit Stève Léger.

Pour rappel, cette arnaque consiste à établir un contact téléphonique avec une personne âgée, à lui donner confiance et à l’amener à divulguer certaines informations sur sa famille et sur sa vie. L’escroc raconte ensuite une histoire pour extorquer de l’argent. Il ne faut en aucun cas divulguer d’informations personnelles, ni donner suite à ce genre de téléphone et raccrocher.

A lire aussi : Témoignage: elle a reçu une fausse collaboratrice de la Caisse de compensation

Une autre participante a, elle, eu moins de chance. Un ami lui a écrit sur messenger pour prendre de ses nouvelles. Rapidement, il lui propose de participer à un concours. Il faut faire vite. De fil en aiguille, il va demander à la dame de lui transférer un code Swisscom reçu sur son téléphone. Elle s’exécute. En fait, elle ne le sait pas, mais le compte de son ami a été piraté. Le voleur va se servir et utilisera plus de 500 francs à son insu.

«Les escrocs établissent une relation de confiance. La personne est convaincue de la véracité de ce qu’on lui a promis. Tout paraît si réel», explique Stève Léger. La conviction est parfois si profonde que la personne peut aller jusqu’à verser des sommes inimaginables.

Stève Léger met en garde: Quand l’affaire paraît trop belle, il vaut mieux se méfier… Nous faisons certaines choses sans trop réfléchir derrière notre écran. Il faut se demander ce que nous aurions fait dans la même situation en face-à-face. Soyez méfiants et restez sur vos gardes. En cas de doute, vous pouvez toujours contacter la police.» Enfin, l’arnaque n’est pas toujours le fait d’inconnu… Parfois, c’est un membre de la famille ou un proche qui vole la personne âgée.

En savoir plus : Pro Senectute Valais apporte son aide et son soutien aux personnes âgées

 

Conseils prévention pour se protéger des abus
Les arnaques sur internet sont très nombreuses. Pour éviter de se faire piéger, ne transmettez jamais vos données d’accès (identifiant et mots de passe). Choisissez un mot de passe sûr, facile à retenir pour vous mais difficile à deviner pour les autres. Pensez à le changer régulièrement.

Ayez un regard critique sur les e-mails, SMS, les messages WhatsApp ou messenger. N’ouvrez aucun lien suspect. Equipez votre ordinateur d’un antivirus et d’un pare-feu. Pour les achats en ligne, vérifiez que le site est sécurisé avec le https://.

 Au téléphone, soyez méfiants. N’hésitez pas à raccrocher si vous soupçonnez une arnaque. Ne donnez jamais d’informations personnelles. En cas de doute, prenez du temps et sollicitez votre entourage pour vous aider. Vous pouvez aussi informer la police au 117. Ne payez pas de produits que vous n’avez pas commandés. Ne laissez jamais un inconnu entrer chez vous. Enfin, lorsque vous retirez de l’argent au bancomat, ne laissez personne vous aider ni vous distraire. Cachez votre code PIN.

En savoir plus : www.policevalais.ch