Réservé aux abonnés

Les renvois suspendus?

La Commission d'enquête parlementaire s'oppose au licenciement des deux médecins anesthésistes et exige une intervention immédiate du Conseil d'Etat pour revenir au calme.
16 avr. 2014, 00:01
data_art_2272654.jpg

CRISE "Impossible de travailler normalement dans cette nouvelle situation de crise." Après à peine un mois de travail, c'est le constat de la Commission d'enquête parlementaire (CEP) sur le RSV dans un communiqué diffusé hier. Evoquant une situation d'urgence depuis le licenciement des deux anesthésistes le 31 mars, les membres de la CEP aspirent au retour de la sérénité, nécessaire à l'accomplissement de leur tâche.

Dans un courrier adressé à la conseillère d'E...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois