Réservé aux abonnés

Les potentiels pédophiles demandent de plus en plus d'aide

Active depuis 25 ans, l'association "DIS NO", basée en Valais, aide de plus en plus de personnes ayant des fantasmes sexuels envers les enfants.

20 juil. 2020, 19:00
Les hommes qui font appel à "DIS NO" fantasment sur les enfants mais ne sont pas passés à l'acte.

Faire de la prévention auprès des personnes qui fantasment sexuellement sur les enfants avant leur passage à l’acte, c’est épargner de nombreux mineurs. C’est la conviction de l’association «DIS NO», fondée en Valais et active sur le territoire romand depuis 25 ans.

L’an dernier, cinquante personnes y ont fait appel. «Et cette année, nous avons déjà eu plus d’une quarantaine de situations. Cela montre que le besoin existe», explique Lisa Ancona, directrice adjointe d...