Les jeunes socialistes dénoncent une banderole haineuse posée à Sion

Suite à la pose d’une banderole attribuée aux néonazis à Sion, les jeunesses socialistes du Valais romand estiment que la complaisance a assez duré.

07 déc. 2020, 12:00
La banderole a été enlevée samedi matin par la Police municipale de Sion.

«De Nice à Vienne, via Lugano, l’islamisme tue. La gauche laxiste = complice». Ce message apparu furtivement le week-end dernier sur un pont sédunois n’a pas manqué de faire réagir les jeunes socialistes. Dans un communiqué, ils dénoncent cette «banderole néonazie. Pour les JSVR, la complaisance a assez duré!»

Pas de plainte déposée

Les Jeunesses socialistes du Valais romand estiment que la pose de dette banderole est une preuve supplémentaire que les mouvements antidémocratique et belliqueux se développent sans gêne au sein de notre canton.

Porte-parole de la Police cantonale, Cynthia Zermatten confirme qu’une banderole a bien été posée en ville de Sion dans la nuit de vendredi à samedi mais qu’elle a été retirée samedi matin par les soins de la Police Régionale des Villes du Centre (PRVC). «Comme aucune plainte n’a été déposée, il n’y a pas d’enquête en cours».

Les auteurs du message dénoncé par la JSVR risquent donc de rester inconnus. Mais pour les jeunes socialistes, il n’existe aucun doute. Il s’agit bel et bien d’un message d’extrême-droite, voire néonazi. «La droite nationaliste puise ses idées dans les mêmes racines que ces mouvements.»