Les fonctionnaires valaisans sont des gens heureux, révèle un sondage

Selon des résultats communiqués lundi matin, les fonctionnaires valaisans sont globalement satisfaits de leurs conditions de travail malgré une charge de travail en constante augmentation. Une étude montre que l'égalité salariale entre hommes et femmes peut être considérée comme respectée.
28 oct. 2013, 12:56
C'est Maurice Tornay, chef du département des institutions, qui a annoncé lundi les résultats du sondage de satisfaction 2013.

D'une manière générale, les employés d'Etat valaisans sont plus satisfaits que leurs homologues d'autres cantons ou de la Confédération. Les points noirs sont assez rares et le gouvernement s'attache à les gommer, a déclaré lundi le chef du département des institutions Maurice Tornay lors de la présentation des résultats du sondage de satisfaction 2013.

Le sondage a été mené auprès des 3356 collaborateurs de l'Etat du Valais. Le taux de réponse s'est monté à 62%, un résultat en constante augmentation qui peut être qualifié de satisfaisant, a estimé le consultat externe Richard Meyer. Le profil des répondants correspond à la structure du personnel de l'Etat du Valais.

Contents et motivés

L'exercice est mené pour la quatrième fois depuis 1998. Pour 2013, il montre que 88% des fonctionnaires s'identifient à leur travail, 86% sont satisfaits de leur situation et motivés.

L'employeur est aussi bien noté puisque 83% des employés estime qu'il les incite à fournir de bonnes prestations et 76% le jugent dynamique, attractif et concurrentiel. L'encouragement du bilinguisme n'est en revanche perçu positivement que par 53% des fonctionnaires et seuls 46% se sentent impliqués dans les changements organisationnels.

La flexibilité du temps de travail est jugée bonne par 92% des employés. Ils sont 78% à dire qu'ils contrôlent leur rythme de travail, contre 71% dans l'étude 2008. Et 89% des fonctionnaires estiment pouvoir bien concilier vie professionnelle et privée. En 2008, ils étaient 86 à l'affirmer.

Quelques points noirs

Dans l'ensemble, la satisfaction au travail s'est maintenue depuis 2008 et s'est améliorée depuis 2003. Mais certains indicateurs se sont dégradés, a précisé Richard Meyer. Ainsi 81% des employés jugent la charge de travail trop élevée, contre 74% en 2008. Ils sont 32%, contre 26%, à ressentir un stress trop élevé et 47% (42%) à se plaindre de mouvements répétitifs.

La perception qu'ont les fonctionnaires de leur employeur a peu évolué depuis 2008. Ils voient l'Etat un peu moins bureaucratique et davantage progressiste que par le passé. Globalement, l'Etat reste un employeur attrayant, qui propose un travail varié et surtout la sécurité de l'emploi.

Inégalités salariales minimes

Les femmes employées à l'Etat du Valais gagnent, à condition identique, 1,5% de moins que leurs homologues masculins. L'égalité salariale peut donc être considérée comme respectée, a déclaré Iwan von Wartburg, l'expert mandaté pour mener une étude également présentée lundi. Divers paramètres comme les années de service, les années de formation ou la position professionnelle peuvent expliquer les différences constatées.

Le canton est satisfait du résultat, mais va analyser en détail cette différence salariale et essayer de la diminuer, a déclaré le chef du département des institutions Maurice Tornay. Il a admis que l'Etat du Valais ne dénombre aucune femme cheffe de service même si la proportion de cadres féminins est identique à la proportion de femmes dans l'administration, soit 35%.