Les députés refusent de couper dans les bourses d'études

Les députés valaisans ont refusé jeudi les mesures de diminution des bourses d'étude prévues dans le budget 2017 du département de la formation.

15 déc. 2016, 15:00
La proposition de l'AdG a remporté l'adhésion de la commission des finances et du plénum.

L’Alliance de Gauche (AdG) a gagné son combat en faveur des bourses d’étude, dans le but de les maintenir à leur niveau actuel. La Commission des finances a soutenu cette mesure coûtant 1,3 million. Le Grand Conseil a accepté cette proposition par 84 oui et 35 non.

Le PDC du Haut, soutenu par l’UDC, a milité pour prêter de l’argent aux étudiants, sans intérêt, au lieu de leur donner des bourses non remboursables. Une méthode qui permet de fournir plus d’aide, sans que cela coûte à la caisse de l’Etat. «Ce n’est pas la même chose que de finir ses études avec plusieurs dizaines de milliers de francs de dette», a rétorqué Gaël Bourgeois (AdG).

Le conseiller d’Etat Oskar Freysinger a déclaré: «Je ne vais pas combattre cette mesure qui m’arrange bien… Si nous avons pris cette mesure, c’est que BakBasel a montré que nous sommes très généreux en comparaison inter-cantonale. Nous avons mieux ciblé les ayant-droits, en n’attribuant pas de bourse à ceux qui sont aisés.»

Le Grand Conseil a également accepté, suivant en cela la Commission des finances (CoFi), une augmentation de 250 000 francs de la subvention accordée à l'Observatoire du tourisme et de maintenir la rémunération des stages des étudiants en HES santé social (700 000 francs). Pour compenser ces montants, le département devra diminuer les subventions qu’il verse.

Le Parlement a aussi accepté, contre l’avis de la CoFi, un montant de 120 000 francs pour avoir un poste supplémentaire pour l'accompagnement des familles d'accueil.