Les chiens ont-ils une mémoire à long terme? Par Gaëlle Mandon

04 août 2020, 11:00
Gaëlle Mandon, médecin vétérinaire.

Oui! Les chiens de recherche par exemple sont capables d’apprendre sans difficulté jusqu’à 10 odeurs différentes, jusqu’à 30 pour les meilleurs et de «les garder en mémoire» sans travailler pendant 120 jours avant que leurs performances ne chutent.

On peut aussi être impressionné par la star de la mémoire, Chaser, femelle Border colley, qui savait identifier et rapporter à son maître avec une fiabilité de 95% un objet parmi les 1022 étalés devant elle. Par exclusion, elle arrivait également à repérer un objet non appris et à le ramener à son maître!

Mais ces formes de mémoire ne font pas appel à la conscience. Si l’on s’intéresse à la mémoire épisodique c’est-à-dire à leur capacité à revenir en arrière mentalement pour se rappeler des détails d’un événement, on est alors dans un tout autre débat!

Est-ce qu’un chien qui enterre son os et le retrouve des mois plus tard fait appel à sa mémoire épisodique ou plutôt à son odorat très développé?

Une étude publiée par Fugazza et ses collaborateurs dans la Revue Current Biology en 2016 utilise une méthode d’apprentissage appelée «Do as I do» (fais comme moi). Ils ont appris à 17 chiens à reproduire sur cet ordre les actions que venait de faire une personne puis dans un tout autre contexte, hors du travail, ils demandaient aux chiens le même ordre alors que les chiens ne s’attendaient plus à devoir imiter une action. Ils ont ainsi démontré qu’ils peuvent se rappeler une minute à une heure d’événements passés complexes, même lorsqu’ils ne s’attendent pas à devoir s’en souvenir et à les réutiliser.

Néanmoins, cette étude souffre de certains biais et nécessitera d’autres expériences.

Si l’existence de mémoire épisodique est avérée chez le chien, étudier son évolution au cours de la sénescence pourrait également aider à mieux comprendre certaines maladies liées aux troubles de la mémoire chez l’homme et, plus particulièrement, chez les personnes âgées. En effet, la mémoire épisodique est la mémoire la plus affectée par les détériorations liées à l’âge ou celles qui résultent de pathologies neurodégénératives, comme les maladies d’Alzheimer, de Parkinson ou d’Huntington.
 

En savoir plus: Le site du cabinet vétérinaire Les Berges du Rhône